mercredi 30 juillet 2008

Petite entrée de concombres pour pseudo-grillons entutés


Chaleur de plomb dehors ; volets fermés, pour garder la fraîcheur de la nuit ; pénombre bienfaisante, propice au repos de la sieste ; mais la chaleur dure bien au delà d'une sieste raisonnable ; prisonniers de ce refuge sombre nous entrouvrons un volet, puis deux et pourquoi pas un courant d'air... quel air ? Papa de retour du travail "Vous avez fait rentrer toute la chaleur dans la maison !" ; nous, en cœur "On en avait assez d'être entutés ! On est pas des grillons !"...
Et voilà, c'est la saison des "entutés", entutés comme "tuter", comme "tute" du grillon.
Enfant nous "tutions les grillons".

Première étape de cette chasse, la recherche, à l'oreille, dans un champ envahi de leurs "cri-cri", doucement ; on ne marche pas comme un éléphant ! Ces diable de grillons se tairaient immédiatement ! Ca y est, il est tout proche... scruter le sol, au milieu des herbes trouver l'entrée de la tute, un petit trou à peine plus gros que le doigt et tout lisse.

Deuxième étape, faire sortir le grillon : se munir d'une herbe, d'une paille, d'une graminée et à plat ventre, aller chatouiller le grillon dans le creux de sa tute ; il est curieux, il va sortir, s'accrocher à la paille et hop, il est à nous ; s'il est malin, il va vite faire demi tour : là les grands moyens ! repérer les autres sorties de la tute ; une, parfois deux, pas très loin de toute façon ; on verse un peu d'eau dans un des trous, le grillon a horreur de l'eau le voilà qui se carapate à l'autre bout ! attrapé !

Troisième étape, la domestication : dans la main, ça chatouille... vite une cage. Le droguiste du Faubourg Bonnefoy vendait de la corde à sauter, des bocaux "Le Parfait", sertissait les boîtes de conserves, et vendait des cages à grillon ! Deux petits carrés de bois, réunis par des barreaux de fil de fer, une mini porte, le tout de couleur bleu.

Une fois dans sa cage le grillon n'était pas abandonné ! Nourri de laitue fraîche et croquante, approvisionné en mie de pain trempée dans du vin, il était supposé chanter de bonheur (Les cages à grillon chinoises sont bien plus esthétiques, mais nous on ne mange pas les grillons !).
Mais parfois il se taisait, ou ne chantait qu'en notre absence, ou cassait les oreilles de maman sur la fenêtre de la cuisine : déprimé par le bleu de la cage ? laitue desséchée ? trop de vin sur la mie ? Le plus souvent, quarante-huit heures plus tard il retrouvait sa liberté et son champ.

Je ne tute plus les grillons. Dans le Val de Loire ce jeu n'existe pas. Mais aujourd'hui je me sens comme un grillon au frais dans sa tute, et pour rien au monde je ne réchaufferait ma maison pour la moindre pizza ni ne cuirait le moindre cookie ! Alors voici ma façon d'apprécier la fraîcheur de la maison :

Pour 3 :
Un concombre
1 à 2 yaourts nature

1 gousse d'ail

1 poignée de menthe verte

Quelques brins de ciboulette

1 càs de vinaigre de vin ou de jus de citron

sel, poivre
  1. 2 heures avant le repas, saler les yaourts (1/2 cac), les enfermer dans une mousseline au dessus d'un récipient. Mettre au frais. Le yaourt va s'égoutter, devenir crémeux, perdre sel et acidité. (Égoutté une nuit ou plus c'est le Labneh, que Ciorane m'a fait découvrir : un délice, nature ou dans ce qui vous plaira...)
  2. Éplucher le concombre. Enlever les graines. Râper (Ca aussi je l'ai piqué à Ciorane...). Essorer dans un tamis.
  3. Mélanger le yaourt égoutté, le vinaigre ou le jus de citron ; saler poivrer.
  4. Laver puis ciseler les fines herbes et la menthe. Ajouter.
  5. Peler la gousse d'ail, presser, ajouter.
  6. Verser sur les concombres, mélanger, servir décoré de quelques feuilles de menthe.

Ca devrait vous aider à attendre la fraîcheur de la soirée. Sinon, allez tuter les grillons ! Ya pas d'âge pour commencer !

3 commentaires:

ciorane la pauvresse a dit…

C'est joli ton histoire de tutage de grillons mais, désolée, je ne ferai pas de même, pas de grillons dans le Nord... Merci pour le clin d'oeil, c'est sympa de voir les idées culinaires voyager et en régaler d'autres.

Frances a dit…

Félicitations!

Votre blog a été sélectionné pour figurer dans Mon annuaire de recettes. Je cherche, je trouve et j'ajoute moi-même les sites/blogs.

Vous pouvez voir votre blog dans Les découvertes culinaires sur cette page

http://www.chezfrances.com/annuaire/
nouveautes-sites.php/

Si vous désirez de plus amples informations sur Mon annuaire de recettes, Les Fourchettes d'Or et Les suggestions des chefs, n'hésitez pas à me contacter.

Merci de nous offrir de belles recettes!

Bonne journée!

Babeth59 a dit…

merci pour ta jolie histoire....je tuterais bien une cigale pour la ramener demain dans mes brumes du Nord car leur chant va me manquer pendant les 49 prochaines semaines, mais il serait trop malheureux le pauvre......