lundi 26 octobre 2009

Une Niflette pour la Toussaint


Pendant que mister J. joue de la zapette, et c'est un champion de la discipline, je surfe, deux activités remarquablement similaires. Quand que Mister J. "tombe" sur des émissions TV passionnantes (horreur, humour ou même culturelle ou politique -des fois-...), moi je déniche des petites perles de gourmandise : la niflette, par exemple, il y a quelques semaines j'aurais juré que c'était un jeu d'enfant un peu ancien, comme le chat perché, un jeu de billes, d'osselets ou quelque marelle.
Niflette viendrait de "ne flete", qui veut dire "ne pleure pas" et c'est une délicieuse pâtisserie spécifique au jour de la Toussaint à Provins...
Est ce qu'on renifle à la Toussaint, plus qu'à un autre moment ? Chagrin, rhume... allez savoir. La niflette est une bonne "consolation !

C'est un gâteau feuilleté garni de crème pâtissière. Simple dans sa composition, mais quelles saveurs ! La recette de Yannick Alléno, chef des cuisines de l’hôtel Le Meurice, publiée sur le site de Madame Figaro avait de quoi émoustiller les papilles. Je l'ai testée, parfaite !
La voici telle quelle.


250 g de pâte feuilletée
300 g de fruits confits (pamplemousses roses, clémentines, bigarreaux, zestes de citron)
1/2 litre de lait
2 œufs
25 g de Maïzena
120 g de sucre semoule
1 gousse de vanille Bourbon de Madagascar.
  1. ALLUMER le four à 210°C (th. 7). Étaler la pâte feuilletée sur 1 cm d’épaisseur (beaucoup trop épais), y découper un cercle de 24 cm de diamètre, puis poser à 2 cm du bord un cercle de métal de 22 cm (20 cm si je sais compter ?) et l’enfoncer dans la pâte. La glisser au four et laisser cuire 20 à 25 minutes, jusqu’à ce qu’elle soit gonflée et dorée. Retirer du feu et laisser refroidir.
  2. COUPER la gousse de vanille en deux dans la longueur, la mettre dans le lait dans une casserole, porter à ébullition et retirer du feu. Casser les œufs en séparant les blancs des jaunes, réserver les blancs, mettre les jaunes dans un saladier, ajouter 100 g de sucre, fouetter le mélange jusqu’à ce qu’il blanchisse, ajouter la Maïzena, fouetter encore quelques secondes, puis verser le lait chaud en mince filet, sans cesser de fouetter.
  3. VERSER dans la casserole, la poser sur feu doux et faire cuire en tournant sans cesse jusqu’à ce que la crème épaississe.
  4. Retirer alors la crème du feu, la filtrer, la laisser refroidir et la mettre au frais.
  5. COUPER les fruits confits en petits cubes, les zestes de citron en très fins bâtonnets, et réserver quelques tranches pour la décoration. Lorsque la pâte est froide, fouetter les blancs en neige ferme, ajouter le sucre restant, et les incorporer à la crème pâtissière en soulevant la masse.
  6. RETIRER de la pâte le cercle de métal (en beurrer l'intérieur) et le reposer délicatement sans qu’il s’enfonce. Étaler les fruits à l’intérieur, puis verser dessus la crème, l’étaler et réserver au frais 1 heure au moins.
  7. PASSER la niflette 2 minutes sous le gril du four, décorer des fruits réservés, et retirer le cercle de métal.
J'ai fait des gâteaux individuels.
Je n'avais que des écorces d'orange et de citron. Mais quelles écorces ! Achetées sur le petit marché du mercredi après-midi Place du Chatelet à Orléans, très parfumées, moelleuses elles avaient délicatement communiqué leurs essences aromatiques à la crème. J'y ai aussi acheté des gousses de vanille, souples, brillantes, longues et très parfumées. Rien à voir avec les produits sous plastique du supermarché, cassantes avant d'avoir atteint la D.L.V. et de plus en plus courtes.
J'ai encore des progrès à faire pour la pâte feuilletée et le maniement des cercles de métal.
J'ai fait une abaisse de pâte plus fine qu'indiqué dans la recette et c'était encore trop !
Il faut la passer au four juste avant la dégustation, c'est meilleur.
Et si le positionnement du cercle de métal vous parait un peu mystérieux, allez voir la vidéo sur le site de Madame Figaro "cuisine".
La vidéo a disparu mais la recette est toujours là.


8 commentaires:

Babeth59 a dit…

ouh là!....il faut se donner du mal mais ça semble valoir le coup!
pour moi, avoir la niflette c'est avoir le nez qui coule....ta version est plus agréable!

Ciorane la pauvresse a dit…

Merci de partager avec nous cette découverte aussi insolite que parfumée. Et tu as si joliment racontée cette recette, que l'on en a une énorme envie. (quoique le maniement de la pâte feuilletée m'effraie un peu...)

Bea a dit…

Ciorane, rien n'empêche de prendre de la pâte feuilletée toute prête. Je n'avais pas fait de pâte feuilletée depuis 40 ans, j'ai voulu voir si je pouvais encore...

esom a dit…

très impressionnant cette recette!!! je note l'adresse à orleans! j'y retournerais bien un jour!

Anonyme a dit…

bonjour j'aime beaucoup cette recette mais sa change enormenent de la recette original de la niflette qui est faite uniquement avec de la creme patissiere et de la fleur d'oranger ou nature.de plus la niflette est de petite taille .pour la pate feuilletee il suffit juste avec des emporte piece supperposer 2 ou 3 feuille l'une sur lautre faire un trou puis garnir avec la pate voila ;bon courage les filles!!!!!!!

Bea a dit…

La fleur d'oranger, tout un parfum d'enfance qui revient en force, tant mieux. Les pâtissiers "brodent" toujours autour des recettes traditionnelles... et je ne m'étonne pas qu'au départ c'était tout simple, plus accessible et délicieux.

Tiuscha a dit…

Ca me plaît bien aussi que ce soit la recette traditionnelle ou celle du chef, les deux ont l'air délicieuses.

Easy kitchen a dit…

je découvre ce dessert mais à la lecture des ingrédients mon estomac a grondé... de faim. super recette