dimanche 30 mars 2008

Croustade gasconne

Moments nostalgiques, après le gâteau aux amandes de ma mémé, plongée dans mes vieux stocks de recette j'ai retrouvé la croustade gasconne. Quelques pages sauvées d'un "Marie-France vieux de plus de 25 ans sur la Gascogne.

Si à l'époque le bonheur n'était pas encore dans les prés et collines gersoises, il était déjà dans les assiettes. Nos cousins du gers ne faisaient pas ce gâteau : leurs spécialités gourmandes ont cependant laissé des traces indélébiles dans nos papilles et palais d'enfants ; patience, j'en parlerai un autre jour. La croustade nous l'avons goûtée en Bigorre, plus tard.Tous

Extraits des récits (on ne peut pas dire recettes tant la confection de ce gâteau est poétique) : c'est sur un drap blanc que l'on étire une pâte si fine qu'on l'appelle le voile de la mariée. On la caresse ensuite d'une plume trempée dans la graisse d'oie, pour obtenir un feuilletage croustillant et aérien à la fois... Garniture aux fruits, pruneaux ou pommes imprégnés d'armagnac... Cuisson dans le "four de campagne", braises dessous, braises dessus...
Bref toutes les tracasseries de l'ancien temps, idéalisées par les habituées du micro-onde que nous sommes...

Donc, pour les gourmandes qui ne se prennent pas la tête, simplifions ; la feuille filo, c'est pas fait pour les imbéciles ! Donc, en route pour la "croustade gasconne pour les nuls" !

Mais avant, un petit tour sur YouTube, là où on trouve tout comme à La Samaritaine du temps de sa splendeur...


Pour 6 personnes :

Un moule à tarte de 27 cm, à revêtement anti-adhésif de préférence
Pour la garniture :
5 pommes golden
30 g de beurre
2 c.s. de sucre vanillé "maison" en poudre (mettre une ou plusieurs gousses de vanille dans un bocal de sucre en poudre)
1/2 g de vanille épuisée
7 cl de rhum ou d'armagnac, mais je n'en avais pas.

  1. Émietter la 1/2 gousse de vanille épuisée (ayant déjà été utilisée pour une crème par exemple) -C'est ce que faisaient nos grand-mères et le prix actuel de la vanille m'incite à ressortir cette vieille idée de son placard-. La piler, mélangée à une partie du sucre.
  2. Laver, éplucher les pommes, les couper en quartiers puis en grosses lamelles. Faire fondre le beurre dans une sauteuse, y mettre les pommes, et les sucres vanillés. Compoter. Peu avant la fin de la cuisson ajouter le rhum, réduire à feu doux. Mettre en attente.

Pour la croustade :
7 feuilles de filo
85 g de beurre,
2 c.s. de sucre vanillé "maison"

  1. Préchauffer le four à 180 °C
  2. Beurrer et sucrer le moule. Poser la première feuille filo, beurrée, dans le moule ; saupoudrer de sucre. Faire de même pour les 3 suivantes.
  3. Placer les pommes compotées dessus. Replier sur les pommes les feuilles de filo dépassant du pourtour.
  4. Pour le "chapeau" de la croustade :
    Badigeonner une feuille filo de beurre fondu, saupoudrer de sucre, puis prendre la feuille par dessous (coté sec), la froisser en boule, attendre 30 s puis déplier partiellement et placer sur la garniture, coté beurré/sucré dessus. Recommencer 2 fois en répartissant les plis et les feuilles sur tout le dessus.
    Ici, les spécialistes de la croustade : Croustadoc, Chemin d'Enducasse - 32200 Gimont France
  5. Cuire 25 min.
Déguster tiède avec un vin de dessert, Monbazillac, Jurançon doux ou Coteaux du Layon.

samedi 29 mars 2008

Pizza reine

Peintures, papiers peints et même pose de faïence, je veux bien faire tout ça, mais avant il faut préparer les murs, boucher les trous, pourquoi pas, mais poncer !... quelle corvée : je préfère le sucre vanillé à la poussière de plâtre... alors quand on propose gentiment de faire le boulot à ma place je ne suis pas une ingrate ; le "ponceur" veut de la pizza en échange : OK pour la pizza !

Préparation 15 min, Repos 2 h, Cuisson : 15 min














Pour la pâte :
250 g de farine,
150 ml d'eau tiède,
2 cuil. à soupe d'huile d'olive,
1 prise de sel,
1 cube de levure de boulangerie traditionnelle fraîche ou 1 sachet de levure déshydratée,
Quelques gouttes de vinaigre.

Pour la garniture :
1/2 petite brique de coulis de tomates,
Origan séché,
2 à 3 tranches de jambon blanc,
150 g de champignons de paris,
Une quinzaine d'olives noires,
150 g d'emmenthal.
Préparer la pâte :
Si on utilise la levure déshydratée, suivre le mode d'emploi indiqué sur le produit pour la préparer.
Dans une terrine, mettre 250 g de farine, faire un puits, ajouter 150 ml d'eau tiède, 2 cuil. à soupe d'huile d'olive, une prise de sel et la levure de boulangerie.
Mélanger progressivement tous les ingrédients. Pétrir la pâte jusqu'à ce qu'elle se décolle des parois. Couvrir d'un linge et laisser reposer dans un endroit tiède pendant 2 h. Au bout de ce temps, pétrir à nouveau, puis abaisser la pâte en 1 grand ou 2 petits disques.

Ajouter la garniture :
Étaler le coulis de tomates. Émietter l'origan séché, répartir le jambon coupé en lamelles puis les champignons émincés. Mettre les olives et saupoudrer d'emmenthal râpé. Laisser à nouveau reposer pour que le bord gonfle et faire cuire à four préchauffé th.7 (210°C).


Servir avec un rosé d'Anjou.

jeudi 27 mars 2008

Pour changer du thé à la menthe... le café-menthe !

Passons au café... à la menthe !
Si, si, "palais méfiant", ne passe pas ton chemin !


Silence ! ça pousse... dans mon jardin. Mes petites herbes pointent le bout du nez : ciboulette, oseille et estragon depuis quinze jours déjà dans notre assiette, mais aussi semis de roquette et d'aneth. Là il faudra attendre encore avant la récolte. L'origan recommence à s'étaler, le céleri bulbeux pointe de terre, tout violet pour l'instant. La menthe, la calamenthe bleu et la mélisse attendent le soleil pour déplier leurs feuilles parfumées. En attendant on compte sur Crodette ou sa copine Flurette ; et là elles sont priées d'assurer... le prix de leurs petites feuilles rivalisant sans doute avec ceux de la truffe ou/et du caviar ! Et s'agissant de plantes aromatiques eh bien disons que les arômes, justement ne sont pas toujours au rendez-vous. L'aneth, par exemple, à part pour le décor, je ne vois pas ce qu'il apporte coté "qualités organoleptiques" -qu'est ce que je parle bien !- Pour la menthe heureusement elles assurent.














Et j'ai fait un petit essai : il me restait de la chantilly à la menthe, et comme j'ai du mal à résister à cette petite mousse, j'en ai mis sur mon café ; délice de délices, la fraîcheur de la menthe s'accorde bien à l'arabica ; qui l'eu cru ? Pas besoin de verre d'eau après, c'est comme un petit souffle vif qui rafraîchit le palais.

Petit rappel de la recette de la Chantilly parfumée à la menthe :
Crème fraîche entière liquide 10 cl + 15 cl
20 feuilles de menthe fraîche
2 C à S de sucre glace
Laver et essuyer les feuilles de menthe.
Les mettre dans une petite casserole avec les 10 cl de crème et le sucre glace. Chauffer doucement pour réduire de moitié.
Filtrer.
Mettre au frais
Mélanger les 15 cl de crème restant avec la réduction à la menthe. Versez dans le siphon, vissez une cartouche, secouez fortement de bas en haut une quinzaine de fois. Placez tête en bas 30 minutes dans le bas du réfrigérateur.
C'et prêt !

mardi 25 mars 2008

Lasagnes bolognaise

Encore un plat plébiscité par mes hommes ! Des pâtes bien sûr ! Mais c'est vrai, c'est super bon ! Bon c'est vrai, ça existe en surgelé, au rayon frais aussi, mais c'est si simple à faire, et c'est une bonne façon de cuisiner des restes de viande. Pour des ados revenant d'un entraînement c'est parfait.















Pour 4

200 g de plaques de lasagne précuites
200 g de restes de viande, boeuf de préférence
Un peu de jambon blanc
500 à 600 ml de coulis de tomate
2 gousses d'ail
Origan
2 cuillères d'huile d'olive
Béchamel faite avec 25 g de mat grasse (huile et beurre mélangés), 25 g de farine, 1/2 l de lait environ, sel, poivre et noix muscade.
Emmenthal râpé

  1. Préchauffer le four à 200°C.
  2. Hacher la viande.
    Chauffer l'huile d'olive et faire revenir la viande rapidement. Ajouter l'ail écrasé, le coulis de tomates et l'origan.
    Saler et poivrer. Ajouter le jambon coupé en morceaux. Faire mijoter doucement. Ajuster la quantité de coulis pour détendre la sauce si nécessaire car les pâtes en cuisant vont absorber du liquide. Vérifier l'assaisonnement.
  3. Faire la béchamel.
    Ajuster la quantité de lait pour détendre la béchamel si nécessaire car les pâtes en cuisant vont absorber du liquide. Vérifier l'assaisonnement.
  4. Dans un plat à gratin rectangulaire verser de la sauce bolognaise. Recouvrir avec des plaques de lasagne. Verser de la béchamel, puis des plaques de lasagne. Continuer en alternant les couches. Finir par une couche de béchamel. Saupoudrer d'emmenthal râpé.
  5. Enfourner à 200 °C 30 min.

dimanche 23 mars 2008

Paté russe, feuilleté au thon et herbes fraîches du jardin

Voici, à la demande de mes trois fils la recette inratable qui leur a souvent calé les joues le soir...















Pour 5 à 6 personnes :

2 pâtes feuilletées
4 oeufs + 1 pour la dorure
1 grosse boîte de thon (280 g égouttés)
300 g de fromage blanc à 20% de mat. grasse
1/2 bouquet de ciboulettes
2 à 3 branches d'estragon
poivre


Préchauffer le four à 200°C.
Mettre 4 oeufs dans une casserole pleine d'eau froide. Porter à ébullition. Maintenir l'ébullition 7 min.
Laver et ciseler l'estragon et la ciboulette.
Écaler les oeufs. Les couper grossièrement à l'aide du coupe-oeuf.



Égoutter le thon ; écraser grossièrement.
Mélanger le thon, les oeufs, le fromage blanc et les herbes. Poivrer.

Placer la première abaisse de pâte feuilletée sur une tôle à pâtisserie. Badigeonner le bord de la pâte sur 2 cm à l'eau (afin de "coller" ensemble le dessous et le dessus de pâte feuilletée.
Verser la garniture au thon sur le fond de pâte. Placer la deuxième pâte feuilletée dessus ; Presser doucement tout le bord pour souder les 2 pâtes ensemble. Entailler le bord du feuilleté au couteau ou aux ciseaux.
Battre le dernier oeuf en omelette. Dorer le dessus du feuilleté à l'oeuf avec un pinceau.
Enfourner 35 min.
Servir chaud avec une salade assaisonnée avec un vinaigre au piment type XIMIXTA (du Pays Basque) et de l'huile d'olive.

Ce feuilleté peut se congeler si on n'a pas utilisé des pâtes feuilletées surgelées. Nous l'appellons Pâté russe en référence au coulibiac. Ce n'est malheureusement qu'un sous-coulibiac, façon mère de famille un peu "surbookée"...
Un jour je ferais la pâte feuilletée maison, pour un résultat meilleur, j'espère.

Saumon en croustade

Dimanche soir je fais toujours simple : "la bonne (eh oui, c'est moi !) a sa soirée"... Donc on mange des restes, du jambon ou autre truc en stock au frigo, sauf que dimanche dernier tous les enfants (et petits-enfants) étaient là. J'avais envie de leur faire plaisir.

J'ai concocté une nouvelle recette ; nouvelle recette d'accord mais (on ne se change pas) avec recyclage tout de même ! pas de gâchis, même pour Pâques ! Donc ma recette utilise des blancs d'oeuf qui restaient de la crème anglaise du dessert de midi. J'avais prévu de faire des essais avec des feuilles de brick, voici donc ma première mouture de pseudo-croustade gasconne au saumon. Restons modestes, les puristes de la famille savent que la croustade, c'est un métier, et pas le mien, donc voici ma première imitation.

Pour 6 à 8 personnes

450 g de filet de saumon cuit au micro-ondes 13 min à 600 w
5 blancs d'oeuf cuits dans un fond d'eau légèrement vinaigrée à la poële

280 g de fromage blanc

10 cl de crème fraîche

2 cuillères de riz à paella

sel, poivre

1 bouquet de ciboulette

2 branches d'estragon

10 feuilles de brick

60 g de beurre fondu

Un moule à tarte plus petit que les feuilles de brick (pour former le bord)


  1. Préchauffer le four à 200°C

  2. Préparer la garniture :
    Mélanger le saumon cuit, grossièrement émietté, les blancs d'oeuf cuits écrasés à la fourchette, le fromage blanc, la crème, la ciboulette et l'estragon ciselés, le riz cru. Saler et poivrer.

  3. Préparer la croustade :
    garnir le moule à tarte avec 4 feuilles de brick badigeonnées au pinceau une à une avec le beurre fondu.
    Verser la garniture.
    Recouvrir de 5 feuilles de brick badigeonnées au pinceau une à une avec le beurre fondu. Glisser le bord de ces feuilles vers l'intérieur du moule pour enrober les feuilles de brick du dessous. La dernière feuille est badigeonnée de beurre fondu puis froissée avant d'être placée sur la croustade.

  4. Enfourner 30 minutes.

  5. Servir avec une salade verte assaisonnée d'une vinaigrette moutardée additionnée de ciboulette ciselée.


  6. C'est léger, croustillant, même le fond de la croustade et délicieux. Pour le dessus j'ai encore des modifications à faire : ma croustade n'est pas assez "froissée". A suivre...

samedi 22 mars 2008

Gâteau aux amandes "de mémé"

Mon père aimait beaucoup ce gâteau, ma mère et mon frère aussi car ils appréciaient les amandes. Mémé, ma grand-mère paternelle le faisait toujours au jour de l'an : on profitait du temps hivernal pour le faire prendre sur la fenêtre (eh oui, les frigos étaient rares avant 1958 !).



Papa coupait pour nous, les 3 filles, de petites parts car "étouffées" dès la troisième bouchée nous n'aurions pas terminé notre assiette. Et nous demandions de la crème, un peu plus de crème... Et papa distribuait... ce qu'il y avait. Car mémé faisait strictement sa recette : un bol de crème anglaise en tout et pour tout. Partagé entre 7 personnes c'était maigre !

Nous avons eu des enfants à notre tour et abandonné la tradition du "gâteau aux amandes de mémé". Et puis un jour où nous étions tous réunis, grand-parents, enfants, gendres, belle-filles, petits enfants, pour faire plaisir à mon père, j'ai fait le gâteau. La jeune génération, servie avec parcimonie pour éviter l'étouffement a englouti sa part gouluement, pour demander du "rab" aussitôt ! Il faut dire que j'avais fait... un seau de crème anglaise, enfin, 2 litres ce qui est déjà pas mal. C'est aussi la première recette que mes trois fils ont demandé quand j'ai annoncé mon projet de blog.

Pour 6 à 8 personnes :
250 g de biscuits à la cuillère
125 g de beurre
125 g de sucre en poudre
125 g d'amandes décortiquées (ou de poudre d'amandes)
1 c. à. c. d'extrait d'amande amère

1 bol de crème anglaise :
1/2 litre de lait, 75 g de sucre, 5 jaunes d'oeuf, 1/2 gousse de vanille


  1. Réserver des biscuits pour le tour de la charlotte, moudre le reste finement.
  2. Émonder les amandes (Les ébouillanter 2 minutes, les rafraîchir, presser dessus). Réduire en poudre.
  3. Mettre dans une terrine le beurre et le travailler jusqu'à ce qu'il soit en crème. Ajouter le sucre, bien travailler le mélange, ajouter les amandes, une partie de la crème et le reste des biscuits émiettés (ajuster la quantité de crème à ajouter en fonction de la consistance de l'appareil).
  4. Mettre un papier sulfurisé au fond du moule, dessus quelques cuillères de l'appareil. Disposer les biscuits sur le pourtour du moule à charlotte. Verser dedans le reste de l'appareil. Tasser. Faire prendre au réfrigérateur au moins une nuit.
  5. Au moment de servir, couper l'extrémité des biscuits s'ils dépassent de la garniture. Retourner sur le plat de service.
  6. Servir avec la crème anglaise restant. Mieux vaut en faire 1L !!!

CRÈME ANGLAISE moins difficile à réussir qu'on ne le dit... et si délicieuse

Indispensable pour faire et accompagner le gâteau aux amandes qui suit...

Pour 1 litre de lait,
180 g de sucre,
10 jaunes d’œuf,
1 belle gousse de vanille

  1. Sur une planche aplatir la gousse de vanille du plat d'un couteau puis la fendre dans toute la longueur. Avec le même couteau gratter l'intérieur de la gousse pour en détacher les graines. Mettre le tout dans une casserole avec le lait. Porter à ébullition doucement.
  2. Séparer les blancs des jaunes d'oeuf.
  3. Travailler le sucre et les jaunes dans une terrine jusqu'à dissolution complète des cristaux de sucre (on peut utiliser le robot mais pas les fouets à blanc d'oeuf).
  4. Verser le lait bouillant sur les jaunes en tournant à la cuillère de bois (cuillère par cuillère au début pour ne pas coaguler brutalement les oeufs).
  5. Verser dans une casserole propre et cuire à feu "moyen-doux" en tournant constamment, afin de guetter la disparition de la mousse à la surface de la crème. C'est à ce moment qu'il faut arrêter le feu, la crème nappe la cuillère.
    Remarque :
    C'est pour voir cette mousse disparaître de la surface qu'il ne faut pas battre au fouet les jaunes et le sucre ; il y aurait trop de mousse.
    • Cliquer pour voir la cuisson en 3 images :

  6. Continuer à tourner la crème hors du feu pour la refroidir.

jeudi 20 mars 2008

Et la fève tonka ?...

Muette 2 jours mais bien occupée. C'est bientôt Pâques et je me dois de faire le gâteau aux amandes de ma mémé. Or Luminette m'a conseillé la fève tonka il y a quelques jours, à la fois parfum de vanille et d'amandes selon Valérie, donc parfait pour cette recette. J'ai donc fureté dans Orléans à la recherche de la précieuse fève. Résultat des courses, pas de fève pour l'instant mais des rencontres bien sympa.
Premier arrêt "Au panier se crée" ; depuis le temps que je voyais cette enseigne, là je suis rentrée et comme d'habitude coup d'oeil d'abord.
-"Vous désirez quelque-chose ? .../chocolats.../" ou quelque chose comme ça, me dit un charmant monsieur ; le mot chocolat ne m'accroche pas plus que ça, et de toute façon c'ést pas le sujet.
Moi -"Je regarde, le chocolat c'est pas vraiment mon truc." Et là il me met sous le nez une assiette de mini-cannelés... au chocolat. Bon on est poli chez nous, même si on sent le piège gros comme une maison. Et me voilà dégustant ledit cannelé en furetant dans la boutique : épices, dont poivres de toutes sortes même un en forme de chaton appelé " poivre long" et le "poivre à queue, autrement appelé Cubèbe"...



N'en jetez plus, passons aux choses sérieuses : la fève tonka... le monsieur n'en a pas,... encore, il en aura peut-être, sans doute, bientôt. A suivre donc.
Mais ma visite ne s'achève pas là : et les vinaigres ? beaucoup, ceux d'Orléans bien sûr, avec leurs moutardes, les exotiques et même un vinaigre de bière (origine Berry) ; la sorcière s'échappe du flacon quand on l'ouvre la première fois ? A voir..
Et la vanille, je vois du sucre vanillé en petit tubes, bof, je fais le mien, en pots -gros- pour les yaourts de mon petit -non grand- dernier ; et là le monsieur, charmant du début, toujours dans la boutique, m'ouvre un tube contenant 2 gousses de la précieuse orchidée : "Ouaaaah" comme diraient America Ferrera, Eva Longoria et Teri Hatcher dans mes séries préférées ! Quel parfum, quel arôme ! Je prends.
Et c'est là qu'attirée par une carte "chèque-cadeau", j'apprends qu'à l'étage, se déroulent régulièrement des cours de cuisine ; visite des lieux, alléchante, d'autant que j'ai toujours au fond du palais le souvenir aromatique du cannelé, réalisé ce matin au cours de cuisine justement me dit le monsieur ; avec quel chocolat (?) j'aurais dû le demander parce qu'il était terriblement bon, et pour ce chocolat je me vois bien devenir accro.
Ce petit cannelé chocolat m'ayant mis l'eau à la bouche j'ai poursuivi ma balade gourmande, direction " Marché de Provence", à deux pas de là ; je sais ce que je veux, je sais que je l'y trouverai puisque ce sont les Babas au rhum Sorrento, qu'on m'avait fait aimablement goûter. J'ai une tête de gourmande à tomber dans tous les traquenards gastronomiques, sans regrets d'ailleurs.

Donc, pour cette fois encore le gâteau de ma mémé sera authentique, sans fève tonka, mais à la vanille Bourbon. Je vais de ce pas m'en occuper.

adresses :
Le Panier se crée, 6 rue Ducerceau 45000 ORLEANS
Marché de Provence, 7 r Péreira 45000 ORLEANS

lundi 17 mars 2008

Maigrir, encore et toujours

La perle de la semaine... trouvée dimanche soir, alors qu'avachie devant mon ordi je récupérais de 2 jours de jardinage suivis d'un jour de pose de papier peint... Privée de mails de ma soeur parait-il un peu débordée ces temps-ci, j'ai eu un lot de consolation que je vous recommande chaudement.
Deux consolations pour le prix d'une d'ailleurs.
La première : gavée de pubs "pour maigrir" dont sont polluées nos blogs culinaires, j'ai adoré l'humour de "Quoique".
La deuxième : j'ai crû un moment que ma frangine l'avait écrit, et comme elle écrit peu en ce moment... bon , je l'avais déjà dit...

Je cite :
"Le retour de l'Adipocyte au régime

Ave sylphides !
Un peu incongru en cette période pré-hystérie-bikini de me voir revenir, moi qui nage dans la luxure gastronomique tout le reste de l'année. Oui mais, moi aussi j'ai pour louable intention d'aller peupler les plages cet été.
L'été dernier, un essaim de chères têtes blondes s'est précipité vers moi pour m'envoyer à la flotte illico,.../..."


la suite sur quoique.canalblog.com

Blog magnifique par ailleurs avec recettes sympas, pas très allégées sans doute, mais bon vous pouvez toujours cliquer sur les fameuses pubs culpabilisantes sur le sujet que nous savons...

Riz au lait à la vanille

Le grand classique tout simple de mon enfance, le riz au lait maison : rien à voir avec les desserts industriels... Ma mère le préparait l'après-midi. Quand nous rentions de l'école il était tout chaud et toute la cuisine embaumait le lait chaud, la vanille... mais on attendait jusqu'au dessert du dîner !





La vanille n'était pas un produit de luxe ; seul ersatz connu, le sucre "vanilliné", facile à éviter. Maintenant la réglementation sur les arômes et parfums est si tordue qu'elle donne la migraine... Une seule parade la gousse de vanille.

Ingrédients :
1 l de lait
180 g de riz rond
100 g de sucre
1 gousse de vanille
1 prise de sel


Crever le riz, c'est à dire : porter à ébullition une grande casserole d'eau ; y jeter le riz en pluie ; cuire 3 min ; égoutter.
Porter à ébullition le lait avec la gousse de vanille et le sel. Y verser le riz. Cuire à feu très doux 25 min. Ajouter le sucre et prolonger la cuisson 3 à 5 min.
Verser dans un plat ou des coupes individuelles. Mettre au frais.

samedi 15 mars 2008

Soupe d'aubergines

Mon mari adore faire les courses ! Les supermarché c'est son univers : il y fait toujours des affaires... Hier, alors que j'avais besoin de courgettes il a rapporté des courgettes et... des aubergines (???) Il a peut être un problème avec les couleurs... En attendant le rendez-vous chez l'ophtalmo, on ne va pas jeter les aubergines. Et c'est comme ça que j'ai fait ma première soupe d'aubergines, un peu "au hasard du placard" ; c'est nouveau, c'est bon et mon petit (grand) dernier n'a même pas protesté après les artichauts. A refaire donc, avec la petite variante proposée à la fin de la recette.

Pour 4 personnes :

2 aubergines
4 fonds d'artichauts au naturel
1 boîte 2/4 de tomates concassées
2 cuillères d'huile d'olive
sel, poivre
2 gousses d'ail
2 cuillères à soupe de persil ciselé
pesto ou condiment de basilic à l'huile
parmesan



Peler les aubergines, les couper en dés. Éplucher les gousses d'ail.
Dans l'autocuiseur, chauffer l'huile et y jeter les cubes d'aubergine. Dorer légèrement. Ajouter les tomates concassées, les fonds d'artichaut, les gousses d'ail écrasées et le persil ciselé. Saler. Ajouter 3/4 litre d'eau chaude. Fermer l'autocuiseur. Compter 10 min de cuisson à partir de la mise en pression.
Poivrer ; mixer; ajouter le condiment au pesto (3 cuillères à café environ).
Servir avec des copeaux de parmesan.

Variante : remplacer le condiment au basilic par de la tapenade : j'ai fait un mini-test ; le goût est très différent et bon.

jeudi 13 mars 2008

Velouté vert

L'oseille a fait ses premières feuilles ! Toutes tendres, peu acides, j'aime bien en mettre dans ma soupe verte.












Pour 4 personnes :
une dizaine de feuilles d'oseille
1 pomme de terre
1 carotte
1 courgette
1 petit oignon
1 gousse d'ail
1 cuillère à soupe d'estragon sec
sel, poivre, noix muscade
2 1/2 bols d'eau
1 verre de lait
chèvre frais


Éplucher la carotte, la pomme de terre, la courgette, l'oignon et l'ail.
Enlever le germe de la gousse d'ail.
Laver les feuilles d'oseille.
Couper tous les légumes en morceaux. Les mettre dans l'autocuiseur avec l'eau et le sel. Ajouter l'estragon. Cuire 12 min à partir de la mise en pression.
Mixer, ajouter le lait jusqu'à la consistance voulue. Poivrer, ajouter la muscade.
Servir chaud. Ajouter une quenelle de fromage de chèvre frais dans chaque assiette.

mercredi 12 mars 2008

MOKAFE


Tempête depuis 3 jours.
On rêve de cocooning ; mais on a envie de sortir, de voir du monde ; souvenir du MOKAFE, havre de paix dans une galerie Bruxelloise ; on se pose, on commande un café , le voilà ; pas tout seul, accompagné d'une verrine ; dans la verrine, de la mousse au chocolat, aérienne, douce, parfumée... autrement plus savoureuse qu'un spéculos enfermé dans sa cellophane, entre bûchette de sucre et cuillère à café. Mais voilà, Bruxelles est loin. On y reviendra, c'est sûr ! Les belges sont si acceuillants...

lundi 10 mars 2008

Pâtes... encore


Et oui, lundi j'ai un peu la flemme de faire la cuisine ; non pas que le lundi ce soit lessive obligatoire comme du temps de nos mères et des lessiveuses... mais bof, dehors c'est la tempête et j'ai passé du temps au téléphone à l'heure ou j'aurais dû préparer le repas. Donc suggestion du fana des pâtes : "ça fait longtemps que j'ai pas eu de pâtes !". Sitôt dit, sitôt fait, et on a mangé des macaroni cuisson rapide ! (3 min)... Comment agrémenter ce truc insipide ?
Je les ai italianisées : ketchup (je sais que c'est pas italien !) et condiment au basilic. Très bon ! Et côté rapidité ça va bien avec les "pâtes 3 min". J'ai bien dit condiment au basilic, pas pesto. Je m'explique : le pesto se conserve quelques jours après ouverture, à cause du fromage qu'il contient, je pense. Le condiment au basilic c'est du basilic en purée dans de l'huile, c'est vendu par 90 g (reflets de France) et ça se garde 1 mois au frigo après ouverture.
Ce soir je ferai peut être mieux !

dimanche 9 mars 2008

Tarte corolle amandes - abricots



Ce matin j'ai réalisé qu'on était dimanche et que je n'avais pas de gâteau ! J'ai improvisé avec ce que j'avais : c'est un peu la cuisine du placard... mais c'est un succès, doux et croustillant, vite fait en plus : on ne fait pas de pâte à tarte, on la remplace par des feuilles de brick !

Pour 4 à 6 personnes :

5 feuilles de brick
30 g de beurre
15 abricots secs moelleux
2/10 l lait écrémé
150 g d'amandes en poudre
100 g de sucre + 1 c. à s.
1 gousse de vanille
2 oeufs

1 moule à tarte de 22 à 24 cm de diamètre

Préchauffer le four à 180 ° C
Porter à ébullition le lait, le sucre la poudre d'amandes et la vanille fendue en 2 dans la longueur. Laisser infuser 15 min.
Pendant ce temps préparer le fond de tarte :
Faire fondre le beurre.
Beurrer le moule, placer la première feuille de brick au fond du moule ; badigeonner de beurre au pinceau. Poser la deuxième au dessus, badigeonner de beurre ; faire ainsi juqu'à la cinquième feuille de brick.

Passer la préparation aux amandes au chinois en pressant fortement pour extraire le maximum de lait d'amandes.

Séparer les blancs des jaunes d'oeuf.
Ajouter les jaunes au lait d'amandes, bien mélanger.

Saler légèrement les blancs d'oeuf, les battre au fouet ; quand ils commencent à blanchir, ajouter 1 c. à s. de sucre en poudre et battre en neige. Arrêter quand les blancs sont brillants.
Incorporer dans la crème à l'amande, en soulevant délicatement pour ne pas faire retomber les blancs.
Verser dans le fond de tarte.
Disposer les oreillons d'abricots.
Cuire 20 à 25 minutes.

Tarte courgettes, Feta, menthe



C'est bientôt la belle saison, pour attendre le plein soleil je vous propose cette tarte délicieuse chaude en "plat du soir" ou froide avec l'appéritif.

Pour 4 personnes :
5 feuilles de brick,
2 courgettes moyennes,
2 oignons,
4 oeufs,
100 g de Feta,
1 c. à s. de menthe ciselée,
2 c. à s. de persil plat ciselé,
poivre,
3 c. à s. d'huile d'olive


Préchauffer le four à 200 °C.
Laver les courgettes et les couper en rondelles. Les cuire à la vapeur (au cuit-vapeur si possible).
Eplucher et émincer les oignons.
Faire fondre les oignons à la poële dans un peu d'huile d'olive sans les faire colorer.
Ciseler la menthe et le persil plat.
Couper la Feta en petits cubes.
Dans un moule à tarte placer les feuilles de brick badigeonnées d'huile d'olive les unes sur les autres.
Battre les oeufs en omelette, ajouter la menthe, le persil, les oignons et la Feta. Poivrer (je ne sale pas car la Feta est assez salée à mon goût).
Garnir la tarte avec une partie des courgettes bien égouttées. Verser dessus le mélange oeufs-Feta. Placer le reste des courgettes pour le décor. Verser le reste de l'huile en filet sur la tarte.
Enfourner 35 min.
Déguster chaud ou froid selon la saison.

vendredi 7 mars 2008

Petits gâteaux double chocolat, chantilly menthe

Pour son anniversaire, Antoine voulait un gâteau avec , du chocolat, et du chocolat, et... que ça fasse mousse !
J'ai fait un biscuit au chocolat et de la mousse, coupé une abaisse de biscuit et mis la mousse dessus, mais elle est restée un peu trop souple pour supporter les bougies. Le tout servi avec une chantilly à la menthe. Le goût, parfait. Pourquoi de la mousse et pas un bavarois avec gélatine ? parce que je n'aime pas la gélatine.
Donc le lendemain, il me restait du biscuit, de la mousse et de la chantilly, j'ai fait une variante plus jolie. La voici.


Gâteaux des 26 ans d'Antoine

Biscuit :
Chocolat fondant dessert Nestlé : 100 g
Oeufs 4 + 1 blanc
Beurre : 60 g + 1 noisette pour le moule
Sucre 75 g
farine 60 g
Un moule à manqué diamètre 22 cm

Préchauffer le four thermostat 6.
Beurrer le moule, placer un rond de papier cuisson au fond du moule.
Séparer les blancs des jaunes d'oeuf.
Tamiser la farine.
Faire fondre le chocolat : coupé en carrés mis dans une casserole et recouvert d'eau à feu très doux ; quand il est mou jeter l'eau restée dessus et fouetter vivement.
Ajouter le beurre mou et fouetter vivement.
Ajouter les jaunes d'oeuf un à un en fouettant vigoureusement à chaque fois.
Verser ce mélange dans un grand saladier.
Saler les blancs et les monter en neige ; quand ils commencent à blanchir, incorporer le sucre cuillère par cuillère en continuant de les fouetter. Ils sont prêts quand ils sont brillants et fermes.
Incorporer 1/3 de cette meringue au chocolat refroidi en soulevant le mélange pour ne pas chasser l'air.
Saupoudrer la farine tamisée sur ce mélange, ajouter le reste de la meringue et mélanger délicatement au fouet en soulevant le mélange.
Verser dans le moule à manqué.
Cuire 35 à 40 min.
Attendre le refroidissement de gâteau et le couper en 3 couches. Imbiber l'une d'entre elles au pinceau d'un sirop parfumé à la vanille ou au rhum...
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Mousse au chocolat :
Chocolat fondant dessert Nestlé : 150 g
Oeufs 5
Sucre : 75 g
Crème fraîche entière liquide : 15 cl


Faire fondre le chocolat : coupé en carrés mis dans une casserole et recouvert d'eau à feu très doux ; quand il est fondu jeter l'eau restée dessus et fouetter.

Ajouter les jaunes d'oeuf un à un en fouettant vigoureusement à chaque fois.

Monter la crème en chantilly, l'ajouter au chocolat refroidi, en soulevant le mélange pour ne pas chasser l'air.

Saler les blancs et les monter en neige ; quand ils commencent à blanchir, incorporer le sucre cuillère par cuillère en continuant de les fouetter. Ils sont prêts quand ils sont brillants.

Incorporer cette meringue obtenue au chocolat en soulevant le mélange pour ne pas chasser l'air.
Réserver au frais.

*variante pour une mousse plus ferme : ne pas mettre la crème, la remplacer par 50 g de beurre que l'on ajoute dans le chocolat fondu, avant les jaunes d'oeuf.
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Chantilly parfumée à la menthe :

Crème fraîche entière liquide 10 cl + 15 cl
20 feuilles de menthe fraîche
2 C à S de sucre glace

Laver et essuyer les feuilles de menthe.
Les mettre dans une petite casserole avec les 10 cl de crème et le sucre glace. Chauffer doucement pour réduire de moitié.
Filtrer.
Mettre au frais
Mélanger les 15 cl de crème restant avec la réduction à la menthe. Versez dans le siphon, vissez une cartouche, secouez fortement de bas en haut une quinzaine de fois. Placez tête en bas 30 minutes dans le bas du réfrigérateur.
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Dressage :
dans les abaisses de biscuit, couper des disques avec un cercle de 75 mm de diamètre.
Laisser un disque de biscuit au fond du cercle. Garnir d'une couche de mousse. Poser dessus un deuxième disque de biscuit. Faire de même pour chaque gâteau.
Réserver au congélateur. Passer les gâteaux du congélateur au frigo au début du repas.
Au moment de servir, dégager le gâteau du cercle ; secouez de nouveau fortement le siphon de bas en haut une quinzaine de fois tête en bas et siphonner la chantilly sur le gâteau.

mardi 4 mars 2008

La pub sur nos blogs

On peut arrêter :
de se ronger les ongles (sans doute),
de fumer (je l'ai fait, j'ai survécu),
de boire trop d'alcool,
de regarder Les feux de l'amour,
d'écouter Johnny Hallyday,
de lire Gala,

mais on ne peut pas arrêter de manger !

Alors pourquoi mettre sur nos blogs de recettes de cuisine ?

Maigrir jusqu' 4 kilos
J'ai perdu 5 kg
Maigrir sans reprendre
Weight Watchers Online
Perdez jusqu'à 3 kg par semaine
Manger mieux Maigrir Vite
Régime soupe aux choux...


Cessez le feu ! Halte au harcelement !
Et laissez nous cuisiner sans mauvaise conscience...

Plus sérieusement : à l'avenir je souhaite ajouter dans mes posts des conseils santé moins culpabilisants.

dimanche 2 mars 2008

Velouté de petits pois en capuccino

Une petit souffle de fraîcheur pour commencer la semaine.
Séduite par les desserts allemands il y a 26 ans, j'avais acheté un syphon à chantilly ; je me lance maintenant dans des mousses moins conventionnelles. L'essai de ce soir, un petit délice frais en bouche : une petite mousse à la menthe pour transformer mon velouté de petits pois en capuccino. Beau et savoureux. Voici la recette.


Velouté de petits pois en capuccino

Le velouté :


300 g de petits pois surgelés
1 petit oignon
1 pomme de terre
beurre
sel, poivre


Dans un autocuiseur chauffer doucement une cuillère d'huile. Y jeter les petits pois non décongelés, étuver quelques minutes. Ajouter l'oignon épluché, coupé en 4, la pomme de terre épluchée et détaillée en cubes. Saler. Ajouter 3/4 litre d'eau. Fermer l'autocuiseur et compter 12 minutes à partir de la mise en pression.
A la fin de la cuisson, poivrer, mixer puis passer au chinois.

La chantilly parfumée à la menthe :


Crème fraîche entière liquide 10 cl + 15 cl
20 à 25 feuilles de menthe fraîche


Laver et essuyer les feuilles de menthe.
Les mettre dans une petite casserole avec les 10 cl de crème. Chauffer doucement pour réduire de moitié.
Filtrer.
Mettre au frais
Mélanger les 15 cl de crème restant avec la réduction à la menthe. Versez dans le siphon, vissez une cartouche, secouez fortement de bas en haut une quinzaine de fois. Placez tête en bas 30 minutes dans le bas du réfrigérateur.

Dressage :


Réchauffer le velouté, le verser les verres. Siphonner une "fleur" de chantilly à la menthe en surface. Servir chaud aussitôt

samedi 1 mars 2008

Fastfood à Beijing

Aujourd'hui pas de recette :
promenade savoureuse et parfumée dans les hutong,
souvenir des parfums et saveurs de Pékin
en mars 2006.

video